A ciel ouvert de Mariana Otero- 6 mai à Utopia Avignon centre

Le débat qui a suivi la projection de Nous, les Intranquilles en mars a été empreint de gravité et d’inquiétudes quant à la situation de la pédopsychiatrie en France, avec le constat plus général que les enfants sont soumis à une vision normée de leur devenir dès leur plus jeune âge. C’est pourquoi des spectateurs ont souhaité que nous débattions autour du film de À Ciel Ouvert qui donne un bel exemple de la façon dont on peut accueillir l’enfant dans sa singularité.
Nous vous attendons nombreux pour la dernière projection du cycle Utopia avec le Point de Capiton avant l’été. Simone Molina, Présidente du Point de Capiton. Pour tout renseignement : lepointdecapiton84@gmail.com et www.le-point-de-capiton.net

À CIEL OUVERT

Mariana Otero – documentaire France/Belgique 2014 1h50mn – avec Allyson, Evanne, Amina, Jean-Hugue et l’équipe du centre médico-pédagogique du Courtil…

Du 06/05/17 au 06/05/17

À CIEL OUVERT

Au Courtil, vaste maison de briques rouges située près de la frontière franco-belge, des enfants de tous âges s’ébrouent, babilllent et jouent comme tous les enfants du monde. À une différence près. Allyson par exemple, voit des insectes grouiller dans sa nourriture et sous sa peau ; Evanne, lui, est incapable
de maîtriser ses fonctions corporelles ; Amina est incapable d’exprimer les mots qui se bousculent dans sa tête autrement qu’en hurlant. Et pour les aider à surmonter leur détresse, l’équipe de psychiatres et de psychanalystes du centre médico-pédagogique du Courtil, fondé voici trente ans par un disciple de Lacan, a une approche originale : considérer ces enfants en grande souffrance psychique non comme des handicapés, mais comme des énigmes.
Otero nous plonge sans artifices dans les relations complexes entre de jeunes patients atteints de pathologies lourdes, psychotiques ou autistiques, et le personnel soignant ; sans artifices parce que face à un inconscient « à ciel ouvert », il est impossible de tricher.
En passant insensiblement du chaos à la compréhension, le spectateur fait le même voyage que les enfants à l’écran ; Et lorsqu’Evanne, le petit garçon dont le corps s’effondrait, fixe pour la première fois son regard dans l’objectif de la caméra,
c’est comme s’il prenait enfin conscience des autres et partant, de lui-même. Un dessillement du regard vécu simultanément des deux côtés de l’écran. Tout simplement bouleversant.

Les commentaires sont fermés