« Le silence serait-il nécessaire à la vérité? Il arrive que le silence en nous et la vérité existent l’un sans l’autre,
ou l’un par le refus de l’autre. Mais le silence est l’étui de la vérité. Il est là »

René Char

Argument

Pour nous qui travaillons dans le cadre de cet Espace de Recherches depuis un an, qui vivons et travaillons dans cette région de Carpentras depuis des années, il nous apparaît que nous ne pouvons ni ne devons rester muets et qu’un acte symbolique soit nécessaire pour affirmer que l’heure est à la réflexion sur le lieu même qui a été le témoin le plus proche de la pire transgression.
C’est là où l’horreur a été perpétrée qu’il faut la désigner.
C’est ce qui a été fait lors des rassemblements des samedi et dimanche 12 et 13 mai à Carpentras;
Puis, il faut la nommer, une seconde fois, pour qu’elle ne disparaisse pas des mémoires, pour que la mémoire qui se recueille soit aussi mémoire qui témoigne. Qu’est ce que la Loi pour chacun d’entre nous?
En effet, cette question de la Loi, qui n’est pas appliquée ou qu’il faudrait revoir, reformuler, a été maintes fois évoquée. On a aussi beaucoup parlé des mots, qui peuvent tuer, et du silence qui peut être complice.
En quoi donc cet « imperceptible » du concept de Loi dans notre société contribue aux exclusions prononcées par les uns dans le silence des autres?

Qu’est ce que La Loi » pour un juriste, un philosophe, un psychanalyste, un historien, un linguiste, pour un religieux ou un laïc, quel est donc ce mot « Loi »?

Quels sont le statut de la parole et la place nécessaire du silence ?

1990 – 152 pages – 8€

« Accessible, proche et sauvegardée, au milieu de tant de pertes, ne demeura que ceci: la langue. Elle, la langue, fut sauvegardée, oui malgré tout. Mais elle dut traverser son propre manque de réponses, dut traverser un mutisme effroyable, traverser les mille ténèbres des discours meurtriers. Elle traversa et ne trouva pas de mots pour ce qui se passait, mais elle traversa ce passage et put enfin resurgir au jour, enrichie de tout cela ».

Sommaire

Simone MOLINA
Psychanalyste Présidente du « Point de Capiton »

OUVERTURE du COLLOQUE
Simone MOLINA

TABLE RONDE SAMEDI 21 JUILLET 90

– Animé par Jacques HASSOUN
– Avec Léon ABRAMOWICZ
– Michel BERTRAND
– Jean-Pierre CATTENOZ
– Nadia FIASCHI
– Hubert HANNOUN

TABLE RONDE DIMANCHE 22 JUILLET 1990

« Répétitions et ruptures dans la civilisation »
– Animé par Antoine SPIRE
– Avec Francine BEDDOCK
– Claude-Guy BRUERE-DAWSON
– Sidney CHOURAQUI
– Michel FENNETAUX
– Michèle GANEM
– Bernard HERSZBERG
– Eliane PERASSO

Débats:
INTERVENTION de Mireille LAURENT
La loi, les mots, la mémoire

TABLE RONDE DIMANCHE 22 JUILLET 1990

« SHOA -Le FILM »
–  Animé par Antoine SPIRE
– Avec Francine BEDDOCK
– Anne-Marie HOUDEBINE
– Jean-Jacques MOSCOVITZ
– Jean-Jacques RASSIAL

TABLE RONDE DIMANCHE 22 JUILLET 1990

« La loi, la Parole, le Silence »
–  Animé par Antoine SPIRE
– Avec Moise AMAR
– Jean-Pierre CATTENOZ
– Carole DIAMANT
– Anne-Marie HOUDEBINE
– Jean-Pierre FAYE
– Jean-Jacques MOSCOVITZ