Médée de Pier Paolo Pasolini- Dimanche 28 avril à 10h30- Cinéma Utopia Avignon

En partenariat avec Le Point de Capiton et Ecrpf/inter-S-tisse.

Dimanche 28 avril à 10h30 dans le cadre des rencontres « Trace de Poète », la projection sera suivie d’une discussion avec Caroline Renard, Maître de conférences en études cinématographiques à l’Université d’Aix-Marseille et Simone Molina, Présidente du Point de Capiton. MÉDÉE Pier Paolo PASOLINI – Italie 1969 1h50 VOSTF – avec Maria Callas, Giuseppe Gentile, Laurent Terzief… Scénario de Pier Paolo Pasolini d’après le mythe d’Euripide. Médée explore les origines du mythe et du sacré, qui fascinaient Pasolini. Le cinéaste présentait lui-même son film comme « l’exténuation du thème religieux », qui lui permit ensuite de s’adonner aux plaisirs de la trivialité et de l’érotisme, prélude au plongeon dans l’abîme de Salò ou les 120 journées de Sodome. Médée, western aride et archaïque, sanglant et symboliste, a tout pour défier le spectateur d’aujourd’hui comme il déconcerta celui d’hier. Médée est à peu près le contraire d’une illustration de tragédie grecque. Le mythe, mis en forme par Euripide, de la magicienne passée de l’Asie à la Thessalie, aimée et trahie par Jason, puis mère infanticide, n’est qu’un point de départ. À travers l’itinéraire de son héroïne, Pasolini fantasme, réinvente un monde perdu, une nuit des temps antérieure à l’hellénisme, entre barbarie et sacré. Et au milieu du fabuleux « délire d’interprétation personnelle » (Jean-Louis Bory) propre au cinéaste poète, il y a l’anomalie Maria Callas dans le rôle-titre. À l’époque, les attentes de grand spectacle attachées à son nom contribuèrent à l’échec sans appel du film. Aujourd’hui, elle est la première raison de le (re)voir. Mais pas comme une bête curieuse, un sphinx ou une décalcomanie prestigieuse collée sur la toile de Pasolini. L’adresse du cinéaste est précisément d’avoir su faire disparaître la vedette et faire apparaître son clone cinématographique, vierge de tout faste scénique : un vrai corps et non une icône ou un mythe (D’après Olivier Père d’Arte et Louis Guichard de Télérama)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *